450-586-2921, Poste 2303 info@shpl.quebec

LES MIRON de Lavaltrie
par Jean Hétu

L’ancêtre de la famille Miron est Laurent Migneron né vers 1640 et fils de Pierre Migneron et de Françoise Pellijouin, de la paroisse Saint-Hilaire, évêché de Poitiers au Poitou.  En 1666, il épouse Anne Saint-Denis (contrat de mariage le 7 septembre 1666 devant le notaire Claude Auber) et ils auront quatre enfants.  Devenu veuf, Laurent Migneron se remarie en 1675 avec Marie Guillaume (contrat de mariage le 11 mai 1675 devant le notaire Vachon), veuve de Nicolas Maheu, et ils auront sept enfants, dont Ambroise Migneron qui épousera Geneviève Pepin le 8 août 1703 à Sainte-Famille et qui sera l’aïeul des Miron de Lavaltrie.  Précisons que Marie Guillaume, originaire de la paroisse de St-Médard, ville et archevêché de Paris, est une fille du Roy née vers 1652 qui est arrivée en Nouvelle-France en 1670.  Elle est décédée après le 30 décembre 1705.  Établi à Saint-Joachim sur la Côte de Beaupré, Laurent Migneron est décédé entre le 29 octobre 1702 et le 30 décembre 1705.  Le patronyme de Migneron sera écrit de différentes façons dans les registres (p. ex. Miniron, Magneron) avant de se contracter pour devenir « Miron ».  De plus, dès la troisième génération, on voit apparaître le surnom de « dit Lajeunesse » après le patronyme de Migneron.

Le petit-fils de l’ancêtre et fils d’Ambroise Migneron et de Geneviève Pepin, soit Ambroise Migneron, qui a épousé en premières noces à Pointe-aux-Trembles le 14 février 1735 Catherine Marsan, va venir s’établir au Portage (L’Assomption) vers 1735 tout comme son frère Joseph.  Ils sont tous deux mentionnés par Christian Roy dans son livre sur l’Histoire de l’Assomption 1967.  Les Miron de Lavaltrie sont les descendants à la troisième génération du couple formé d’Ambroise Migneron et de Catherine Marsan.

La famille Miron s’est illustrée dans l’administration municipale.  À la suite de la démission de Joseph Villeneuve comme maire du Village de Lavaltrie, Roger Miron est désigné par arrêté ministériel comme maire et est assermenté le 7 août 1956.  Puis il est élu maire lors des élections municipales qui suivirent et est assermenté le 29 mai 1957.  Il sera de nouveau assermenté comme maire le 4 juin 1959.  Il occupa cette charge jusqu’à son remplacement en 1961 par Roland Miron.  Roger Miron, garagiste,  né le 4 décembre 1907,  fut baptisé le 5 décembre dans la paroisse du Sacré-Cœur de Jésus à Montréal; il était le fils d’Auguste Miron, boulanger, et de Cordélia Beaudoin, la sœur de David Beaudoin qui fut maire de la Municipalité de la paroisse de Saint-Antoine de Lavaltrie de 1911 à 1914.  Roger Miron épousa Marguerite Hétu, fille d’Arthur Hétu et de Rose-Alma Hétu.  Il décéda le 9 octobre 1974 à l’âge de 66 ans et 11 mois et fut inhumé dans le cimetière de Lavaltrie le 12 octobre suivant.

Roland Miron est né à Lavaltrie le 6 septembre 1914; il était le fils d’Odias (Osias) Miron, commerçant boucher, et de Mathilde Nantais.  Il fut d’abord conseiller municipal de 1956 à 1960 avant de devenir maire du Village du 18 mai 1961 à 1979.  En résumé, il fut membre du conseil municipal du Village de Lavaltrie pendant 23 ans.  C’est sous son administration que fut construite en 1963 l’usine de filtration des eaux usées.  C’est encore à ce maire que l’on doit, en 1964, l’installation dans les rues du Village d’un aqueduc alimenté par une usine de filtration.  Enfin, soulignons qu’il a vu également à ce que la municipalité se dote d’un Centre des loisirs dont la présidence a été confiée au Dr Gérard Lavallée.  On se rappellera aussi que Roland Miron fut le directeur de l’École J. C. Chaussé construite pour les garçons du primaire.  Roland Miron a épousé le 14 juillet 1951 à Lavaltrie Suzanne Goyette, fille d’Émile Goyette et de Lucie Giguère.  Il est décédé le 19 juillet à l’âge de 75 ans et 10 mois et fut inhumé à Lavaltrie le 21 juillet 1990.

Mentionnons en terminant que Roger Miron et Roland Miron, tous deux de la 9e génération, partageaient le même arbre généalogique car ils étaient les descendants, à la quatrième génération, d’Ambroise Migneron et de Marie Venne mariés le 23 janvier 1764 à L’Assomption.  Roger Miron appartenait à la branche de leur fils François Migneron dit Lajeunesse marié le 11 janvier 1791 à L’Assomption à Marie Josette Marsan dit Lapierre, alors que Roland Miron appartenait à la branche d’un autre fils d’Ambroise Migneron, soit Louis Migneron dit Lajeunesse qui épousa Marguerite Foisy à L’Assomption le 14 févier 1792.

 

Bibliographie – Silvio DUMAS, Les filles du roi en Nouvelle-France. Étude historique avec répertoire biographique, Québec, La Société historique de Québec, 1972, p. 254; Jean HÉTU, Le conseil municipal de Lavaltrie 1855-2014. Maires – Conseillers – Secrétaires-trésoriers, Société d’histoire et du patrimoine de Lavaltrie, Montréal, Archiv-Histo inc., 2014, p. 39, 63-65; Yves LANDRY, Orphelines en France, pionnières au Canada. Les Filles du roi au XVIIe siècle, suivi d’un Répertoire biographique des Filles du roi, Montréal, Leméac, 1992, p. 323; Michel LANGLOIS, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), tome 3 (lettres J à M), Sillery, La Maison des ancêtres inc., 2000, p. 439-440; Christian ROY,  Histoire de l’Assomption 1967, L’Assomption, La Commission des fêtes du 250e, 1967, p. 349-350, 352-353.

Le 25 janvier 2020