450-586-2921, Poste 2303 info@shpl.quebec

Ça s’est passé à Lavaltrie en novembre…

 

1691 (2 novembre) Par une transaction devant le notaire Basset dit Deslauriers, Séraphin Margane de Lavaltrie cède à Messire d’Ollier, supérieur du Séminaire de Saint-Sulpice, une petire partie de sa seigneurie afin d’acquitter certains « lots et ventes » contractés à Ville-Marie. Lorsque nous parlons de « lots et ventes », il s’agit d’une sorte de droit de mutation que l’acquéreur d’une terre devait payer au seigneur; elle était habituellement fixée à un douzième de la valeur de la terre. C’est ainsi que Séraphin Margane céda 887 arpents et 20 perches adjoignant la ligne seigneuriale de Saint-Sulpice, seigneurie concédée aux Sulpiciens en même temps que l’île de Montréal.

1706 (7 novembre) Dans la nuit du 6 au 7 novembre, deux garçons de François Cottu, soit François Ignace âgé d’environ 8 ans et Jean-Baptiste âgé d’environ 6 ans, sont égorgés dans leur lit par un ours. Selon les registres de Saint-Sulpice, les restes des deux corps ont été enterrés au bout de l’église de Saint-Sulpice en présence de Pierre Barbeau, beau-père dudit Cottu, et de Jean-Baptiste Riel dit Irlande, gendre de Cottu, et de Joseph Robillard.

1712 (7 novembre) Gédéon de Catalogne dresse l’état de la seigneurie de Lavaltrie et celui de ses voisines dans un relevé daté du 7 novembre 1712 (Mémoire de Gédéon de Catalogne sur les plans de seigneuries et habitations des gouvernements de Québec, les Trois-Rivières et Montréal, (1915) 21 B.R.H. 257-269,289-302,321-335). Nous y apprenons que l’établissement des habitants sur la rive nord du Saint-Laurent n’est pas facile en raison principalement des guerres avec les Iroquois. De Catalogne rapporte ce qui suit:

            « La Seigneurie de la Valterie appartient à la veuve de ce nom. Le seigneur avoit esté officier dans le régiment de Carignan, et depuis, capne dans les troupes du détachement de la marine. J’ay déjà dit qu’elle fait paroisse avec celle de Sr. Sulpice et Repentigny. Les terres y sont médiocrement bonnes. Les guerres cependant ont contribué au retardement de son établissement. Les premiers habitans ayant esté détruits ou ruinés, et les terres y sont revenues en taillis, que lon commence à défricher. Celles qui y sont en culture produisent de bon grain et légumes, mais non pas abondamment. Les profondeurs sont entrecoupées de pignières. C’est le terme des contrées des pins et par d’autre des savanes et toute sorte de bois. »

1742 (7 novembre) Mariage à Lavaltrie de Nicolas Geoffroy, ancêtre de la famille Geoffroy, avec Marguerite Grivault dit Boisjoly. De cette première union sont nés douze enfants. Devenu veuf, Nicolas Geoffroy épouse à Lavaltrie le 6 juin 1763 Marie Frappier dit Bonneterre et ils auront six enfants. Vers 1772, Nicolas Geoffroy quitte Lavaltrie pour s’installer à Berthier où il est décédé le 9 août 1779 à l’âge d’environ 64 ans.


Source: « LE LAVALTRIE D’AUTREFOIS » (1665-1972) CHRONOLOGIE HISTORIQUE ET PHOTOS ANCIENNES
par Me JEAN HÉTU, Ad. E. Président de la Société d’histoire et du patrimoine de Lavaltrie.